Comment lancer son e-commerce à l’international ?

Faire du e-commerce international constitue une opportunité de croissance incontestable. Et pour cause, en 2020, le marché mondial du e-commerce a dépassé le seuil des 2 000 milliards de dollars. Depuis la crise de la Covid-19, la tendance des achats en ligne sur des sites étrangers ne cesse de progresser. Voici les points à vérifier avant de lancer son e-commerce à l’international !

Analyser son marché cible

Pour se lancer à l’international avec son site e-commerce, il primordial d’examiner le marché cible et son potentiel afin de mener une stratégie webmarketing pertinente : 

  • Le pays 
  • Le marché ciblé
  • Le positionnement de ses offres
  • Les concurrents locaux et internationaux
  • Les facteurs culturels, économiques et politiques
  • Le trafic et les mots-clés relatifs au secteur d’activité. Afin d’analyser le marché sur les tendances de mots-clés et la concurrence, plusieurs outils sont à disposition (Google Analytics, Google Trends, Google Keyword Planner; Ubersuggest, Semrush…)

À lire aussi >> Comment gagner du temps dans la communication digitale de son entreprise ?

S’adapter aux attentes et habitudes marketing de la cible

Votre communication doit également être en accord avec le pays choisi. De même pour le design mis en place, qui doit être cohérent avec la culture du pays ciblé. Les différentes périodes du pays doivent également être prises en considération. 

À titre d’exemple, si vous envisagez de vous ouvrir vers l’Irlande, la St-Patrick est une fête importante pour le pays et vous pouvez tout à fait introduire à votre site e-commerce international des éléments liés, destinés à cette cible. Ceci personnalisera le design et votre audience appréciera l’importance que vous lui accordez.

Par ailleurs, si les couleurs ont une signification en marketing, cette dernière diffère selon le pays et la communauté ciblée. Si tous ces éléments sont essentiels lors de la première visite sur le site, d’autres sont à prendre en compte avant de lancer son e-commerce à l’international.

Paiement, douane, fiscalité et autres complexités

Les modalités de paiement et les taxes sont aussi cruciaux à prendre en compte lors de l’internationalisation. Il faut, là encore, les aborder avec un point de vue « local » en analysant la législation, et en évaluant la diversité des types de paiement et les préférences des consommateurs. 

Lorsque l’on souhaite développer son business à l’international, il est important de noter que les habitudes varient d’un pays à l’autre. Il se révèle alors intéressant de mettre en place une plateforme de paiement unifiée afin de faciliter les démarches des consommateurs : cartes bancaires ou e-wallets (Apple Pay, Google Play, Alipay, ou encore WeChat Pay).

Les solutions logicielles comme Commerce Cloud, de Salesforce, prennent en charge les plugins de paiement et de devise des principaux éditeurs. Les taux de change doivent ainsi être contrôlés de très près, notamment lorsqu’il s’agit de paires de devises volatiles. Les risques doivent être évalués et la souscription à une assurance peut s’avérer préférable.  

Dans certains États, les normes relatives à Internet et à la protection des données des consommateurs restent assez complexes. Enfin, pour lancer son e-commerce à l’international, le suivi du business issu de différents sites de e-commerce requiert une centralisation des données dans un CRM afin de piloter plus simplement les activités de tous les continents en même temps. 

Découvrez et testez sans plus attendre Banana Content, solution intelligente de création, gestion et diffusion des contenus digitaux.